Actualités des ONG au Mali

Une marrée humaine se dresse contre toute idée de partition du Mali à travers l’appel de la Société civile

jeudi 2 octobre 2014

Pour dire non à toute velléité de division du Mali, les organisations de la société civile ne sont pas passées par quatre chemins ce jeudi 25 septembre 2014. Ils Lire la suite

Les Maliens préparent ardemment leur participation au Forum Social Africain

mardi 9 septembre 2014

Dans le cadre des préparatifs du Forum Social Africain (FSA) de Dakar, la CAD-Mali structure focale du Comité d’organisation dudit Forum prévu du 15 au 19 Lire la suite

Pourparlers inter-malien d’Alger : le haut représentant du Chef de l’Etat explique à la Société Civile la stratégie du Gouvernement

mardi 9 septembre 2014

La Salle de conférence du Gouvernorat du District de Bamako a servit de cadre ce mardi 12 aout d’une rencontre entre les organisations de la société civile Lire la suite

0 | 3 | 6 | 9 | 12 | 15 | 18 | 21

Une marrée humaine se dresse contre toute idée de partition du Mali à travers l’appel de la Société civile

Pour dire non à toute velléité de division du Mali, les organisations de la société civile ne sont pas passées par quatre chemins ce jeudi 25 septembre 2014. Ils étaient plus de soixante mille personnes à battre le pavé à Bamako avec un seul mot d’ordre le Mali un et indivisible.

Le démarrage prévu pour 16 heures, les marcheurs avait déjà pris d’assaut la place de liberté à 15 heures, bloquant ainsi les principales artères du centre de Bamako. Le drapeau vert jaune rouge flottait un peu partout. A la lecture des banderoles et des pancartes brandit on pouvait déjà se faire une idée des frustrations des populations et le sentiment d’humiliations que la patrie a aujourd’hui.

De la Place de la Liberté au monument de l’Indépendance, sur environs plus de quatre kilomètres, les différents acteurs de la société malienne, à savoir les paysans, commerçants, les étudiants, les syndicats, les religieux, les ONG bref les organisations de la société civile sont sorties massivement pour se faire entendre. Au delà, on pouvait aussi compter des marcheurs inattendus, certains leaders des partis politiques et certains membres du Gouvernement, toutes choses pour dire qu’au delà de la société civile, l’intégrité du territoire malienne tient à cœur à toute la nation.

Ainsi, les principaux slogans qu’on entendait étaient, « Non à l’autonomie », « Non au fédéralisme », « Non à l’indépendance », « Mali, kelenpé ! » « Mali A te kila » autrement dit un seul Mali et le Mali n’est pas à diviser, « Non à toute forme de scission ! », « Non à quelles que spécificités que ce soit ! », « Trop c’est trop ! » « On est fatigué ! ».

Arrivée à la destination de la marche au monument de l’indépendance, on pouvait apercevoir le fil de la foule jusqu’au niveau du Cinéma Babemba. Ainsi tour à tour différentes interventions se sont succèdes à la tribune notamment les représentants des jeunes, des femmes, des religieux (musulman comme chrétien) et des autorités.

Le président du Haut Conseil Islamique du Mali, Mahamoud Dicko à l’entame de son intervention a d’abord salué les hommes, les femmes et les enfants qui ont participé massivement à cet évènement. Il martela que, le Mali n’a pas été divisé sous l’empire de Soundjata, ni sous Babemba ni Da Monzon et ne sera jamais divisé. « Il restera un et indivisible », avant de vivement recommander à toutes les Maliennes et à tous les Maliens, l’union des cœurs et des esprits, pour mener à bien ce combat qui perdure.

Quand au ministre de la Justice, Mohamed Ali Bathily, il a rappelé que l’année 1960 était une grande étape dans l’histoire du Mali, qui démontre aujourd’hui encore l’unicité de notre pays, d’où sa devise Un Peuple – Un But – Une Foi. Enfin que deviendra le sort de notre pays si nous acceptions le fédéralisme ? interrogea t-iI.

Le prêcheur Madani Ousmane Chérif Haidara, l’un des principaux organisateurs de la marche a à l’entame de son intervention brandit le drapeau du Mali, avant de laisser entendre que nous agissons aujourd’hui parce que la cause est noble et légitime. Il s’agit de la défense de notre patrie. « Tous réunis pour la cause commune, nous devons former l’union sacrée » » a-t-il conclu.

Il faut noter qu’au même moment les populations de Sikasso, la capitale de la troisième région, étaient dans la rue pour la même cause. Les autres régions emboiteront le pas.
Ainsi, la marche a été une réussite totale. On peut retenir qu’il y’a une indignation qui est entrain de se transformer en colère surtout à l’endroit de certains pays qui semble soutenir un groupuscule contre toute une nation.

Enfin cette marche constitue un signale fort à l’endroit de la communauté internationale pour qu’elle se rende à l’évidence qu’une nation toute entière ne saurait être à la merci de quelques égarés armés. En tout cas les populations maliennes n’entendent pas se laisser faire aussi bien les régions visées que dans les autres régions.
Rarement une marche avait mobilisé autant de monde, c’est donc dire que les Malien(e)s sont plus que conscient que la solution de cette crise viendra des populations en générale surtout celles dont les localités sont la cible des funambules que sont le MNLA et ses acolytes de l’intérieur comme de l’extérieur. Ce n’est que le début aux dires des organisateurs.

A bon entendeur salut !